eclectique manu

G. Apollinaire: "Sous le pont Mirabeau", amour avec Marie Laurencin, texte modifié

"Le Pont Mirabeau"

Guillaume Apollinaire, Alcools (1912)



Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Le poème "Le Pont Mirabeau" est un extrait du recueil Alcools paru en 1912. L'auteur y fait allusion à sa rupture avec Marie Laurencin et au-delà évoque la fuite du temps semblable à l'eau qui s'en va.

 

Marie Laurencin et G. Apollinaire

1905 - Pablo Picasso qui la présente à Wilhem de Kostrowitzky (Guillaume Apollinaire), de trois ans son aîné, également né de père inconnu. Apollinaire devait l'immortaliser sous le nom de Tristouse
Ballerinette dans le poète assassiné.

1909 - Marie Laurencin et Guillaume Apollinaire posent pour le Douanier Rousseau : « la muse inspirant le poète » Apollinaire, quand il lui proposa le mariage, fut reçu par ces mots : "Tu as trop
mauvais caractère !".

1912 - En juin, rupture avec Guillaume Apollinaire

-       Publication par Guillaume Apollinaire du recueil de poèmes "Alcools" et des chroniques "Méditations esthétiques : les peintres cubistes". Marie Laurencin y est souvent évoquée

 06/1914 - elle  épouse un allemand francophile et ils divorcent en 1921. Elle ne s’est jamais remariée.

1956 - Après une cérémonie religieuse à l'église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise, selon son voeu, vêtue de blanc, une rose à la main, les lettres de Guillaume Apollinaire sur son coeur.



01/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres