eclectique manu

Pablo Neruda: poème "je peux écrire les vers les plus tristes "et une traduction anglaise 11 2012

Pablo Neruda

(1904-1973)


Vingt poèmes d amour/ une chanson désespérée

 

Poème 20

 

Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit.


Écrire, par exemple: "La nuit est étoilée

et les astres d'azur tremblent dans le lointain."


Le vent de la nuit tourne dans le ciel et chante.


Je puis écrire les vers les plus tristes cette nuit.

Je l'aimais, et parfois elle aussi elle m'aima.


Les nuits comme cette nuit, je l'avais entre mes bras.

Je l'embrassai tant de fois sous le ciel, ciel infini.


Elle m'aima, et parfois moi aussi je l'ai aimée.

Comment n'aimerait-on pas ses grands yeux fixes.


Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit.

Penser que je ne l'ai pas. Regretter l'avoir perdue.


Entendre la nuit immense, et plus immense sans elle.

Et le vers tombe dans l'âme comme la rosée dans l'herbe.


Qu'importe que mon amour n'ait pas pu la retenir.

La nuit est pleine d'étoiles, elle n'est pas avec moi.


Voilà tout. Au loin on chante. C'est au loin.

Et mon âme est mécontente parce que je l'ai perdue.


Comme pour la rapprocher, c'est mon regard qui la cherche.

Et mon cœur aussi la cherche, elle n'est pas avec moi.


Et c'est bien la même nuit qui blanchit les mêmes arbres.

Mais nous autres, ceux d'alors, nous ne sommes plus les mêmes.


Je ne l'aime plus, c'est vrai. Pourtant, combien je l'aimais.

Ma voix appelait le vent pour aller à son oreille.


A un autre. A un autre elle sera. Ainsi qu'avant mes baisers.

Avec sa voix, son corps clair. Avec ses yeux infinis.


Je ne l'aime plus, c'est vrai, pourtant, peut-être je l'aime.

Il est si bref l'amour et l'oubli est si long.


C'était en des nuits pareilles, je l'avais entre mes bras

et mon âme est mécontente parce que je l'ai perdue.


Même si cette douleur est la dernière par elle

et même si ce poème est les derniers vers pour elle.


(Traduit par André Bonhomme et Jean Marcenac)

 

 

 

Tonight I Can Write (poem 20)

 

 

Tonight I can write the saddest lines.


Write, for example, "The night is starry

and the stars are blue and shiver in the distance."


The night wind revolves in the sky and sings.


Tonight I can write the saddest lines.

I loved her, and sometimes she loved me too.


Through nights like this one I held her in my arms.

I kissed her again and again under the endless sky.


She loved me, sometimes I loved her too.

How could one not have loved her great still eyes.


Tonight I can write the saddest lines.

To think that I do not have her.  To feel that I have lost her.


To hear the immense night, still more immense without her.

And the verse falls to the soul like dew to the pasture.


What does it matter that my love could not keep her.

The night is starry and she is not with me.


This is all. In the distance someone is singing. In the distance.

My soul is not satisfied that it has lost her.


My sight tries to find her as though to bring her closer.

My heart looks for her, and she is not with me.


The same night whitening the same trees.

We, of that time, are no longer the same.


I no longer love her, that's certain, but how I loved her.

My voice tried to find the wind to touch her hearing.


Another's. She will be another's. As she was before my kisses.

Her voice, her bright body. Her infinite eyes.


I no longer love her, that's certain, but maybe I love her.

Love is so short, forgetting is so long.


Because through nights like this one I held her in my arms

my soul is not satisfied that it has lost her.


Though this be the last pain that she makes me suffer

and these the last verses that I write for her.

 

 

Edité le 01 11 2012

 

 



01/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres