eclectique manu

Guillaume Apollinaire (1880 – 1918) : Poème à Lou, mis sur le blog le 19 12 2018

Guillaume Apollinaire (1880 – 1918)330px-Guillaume_Apollinaire_foto.jpg

 

 

Poème à Lou

 

Je pense à toi mon Lou ton cœur est ma caserne

Mes sens sont tes chevaux ton souvenir est ma luzerne

 

Le ciel est plein ce soir de sabres d'éperons

Les canonniers s'en vont dans l'ombre lourds et prompts

 

Mais près de toi je vois sans cesse ton image

Ta bouche est la blessure ardente du courage

 

Nos fanfares éclatent dans la nuit comme ta voix

Quand je suis à cheval tu trottes près de moi

 

Nos 75 sont gracieux comme ton corps

Et tes cheveux sont fauves comme le feu d'un obus

qui éclate au nord

 

Je t'aime tes mains et mes souvenirs

Font sonner à toute heure une heureuse fanfare

 

Des soleils tour à tour se prennent à hennir

Nous sommes les bat-flanc sur qui ruent les étoiles

 

 

 

Poème dédié à Louise de Coligny-Châtillon (Lou)

 

Lou_Louise_de_Coligny_Chatillon.jpg

 

 

 

NB - Il fût blessé en 1916 au chemin des Dames et mourût de la grippe espagnole en 1918.

 

 

Mis sur mon blog le 19 12 2018

 



19/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres