eclectique manu

Le bouddhisme et le canon bouddhique, les trois corbeilles, un poème ajouté le 01 05 2018

P1070680.JPG


Le Bouddhisme

voici 2 photos du site de Sanchi que nous avons visité en 2014.

 

P1070667.JPG

 

Il y a aujourd'hui deux branches principales du bouddhisme : le Theravāda (souvent confondu avec le Hīnayāna), ou « Petit Véhicule », une appellation réductrice) et le Mahāyāna ou « Grand Véhicule ».

Le Theravāda est la «Voie des anciens», et suit le canon pali établi vers le Ier siècle av. J.-C. Ce serait donc le plus fidèle aux origines. C'est maintenant le plus répandu au Sri Lanka, au Myanmar, en Thaïlande, au Laos et au Cambodge.

Le Hinayana essaye, quant à lui, de relier le bouddhisme à l'hindouisme en faisant de  Bouddha la dernière réincarnation ou avatar de Vichnou.

Le Mahāyāna, forme ultérieure, est plutôt répandu en Chine, au Japon, en Corée et au Tibet.

 

 Les trois corbeilles du canon bouddhique.

Le Tripitaka (en sanskrit Tripitaka : tri = trois, pitaka = corbeille) ou Trois corbeilles est le canon bouddhique : celui en pāli (le nom de cette langue étant normalement réservé à ce texte) est le plus ancien mais le canon tibétain est aussi très important aujourd'hui. Il s'agit d'un très vaste recueil de textes, fondateurs de la doctrine bouddhiste Theravâda mais il est reconnu aussi par le bouddhisme Mahayana. Ce nom viendrait du fait que les textes anciens, rédigés sur des feuilles de palme, auraient été rangés dans des paniers. Elles sont divisées en 3 sections, les deux premières étant appelées Gangyur dans le canon tibétain :

 

Le Tripitaka est non seulement un ensemble de livre religieux, mais aussi une encyclopédie des sciences sociales, a affirmé le bouddha vivant.

 

Le terme Tripitaka peut aussi désigner de façon plus large tout canon bouddhique : Tripitaka chinois, Tripitaka japonais, coréen, tibétain, etc., mais le contenu de chaque Tripitaka est un peu différent suivant les pays.

Au Tibet, tous les temples et monastères répartis dans les différentes régions sont équipés d'un exemplaire de ce canon.

En Corée, il est conservé dans le temple Haeinsa Janggyeong Panjeon et les textes ont été gravés sur bois à partir de 1087 mais la version actuelle date d’environ 1250, refaite après sa destruction par les Mongols.

 

1 - Le Vinaya Pitaka

C’est la corbeille de la discipline. Cette "corbeille" recense chacune des règles monastiques et en présente l'histoire, le pourquoi de leur création. La collection des textes à propos des règles de conduite qui gouvernent les affaires quotidiennes au sein du Sangha « la communauté des bhikkhus (moines ordonnés) et des bhikkhunis (nonnes ordonnées) ». Bien plus qu'une simple liste de règles, le Vinaya Pitaka inclut également les histoires qui se trouvent derrière chacune de ces règles, ce qui nous fournit un compte-rendu détaillé de la façon dont le Bouddha répondait à la question de comment maintenir l'harmonie communautaire au sein d'un groupe grand et disparate.

Le Vinaya Pitaka contient : Le Suttavibhanga, Le Mahavagga, Le Cullavagga et le Parivara

 

2 - Le Sutta Pitaka

Les dits du Bouddha. Cette corbeille recense les paroles attribuées au Bouddha et dites avoir été récitées par Ananda après sa mort, puis transmises de bouche à oreille pendant 400 ans avant d'être transcrites sur le papier. Cependant, certains sûttas rapportent les dits et actes de fidèles très reconnus, comme Sariputta. Le Sutta Pitaka est divisé en cinq sections appelées nikayas :

Le Digha Nikaya : Les "longs" discours (Pali digha = "long"), qui comprennent 34 suttas, y-compris le très connu Maha-satipatthana Sutta (Le grand discours sur les fondations de l'attention), le Samannaphala sutta (Les fruits de la vie contemplative), le Maha-parinibbana sutta (Les derniers jours du Bouddha), et de nombreux autres.

Le Majjhima Nikaya, Les discours de "moyenne longueur" (Pali majjhima = "moyen"), qui comprennent 152 suttas de longueur variable, y-compris le Sabbasava sutta (Toutes les pollutions),
Cual-kammavibhanga sutta (Petite exposition du Kamma), l' Anapanasati sutta (L'attention à la respiration), l'attention au corps, l’Histoire d'Angulimala et de nombreux autres.

Le Samyutta Nikaya, Les discours "groupés" (Pali samyutta ="groupe" ou "collection"), qui comprennent 2,889 courts suttas regroupés par thème en 56 samyuttas.

L'Anguttara Nikaya, les discours des facteurs ultérieurs ou discours numériques, classé en 11 groupes, le premier portant sur un sujet simple, le deuxième sur un sujet double, le troisième sur un sujet triple, et ainsi de suite jusqu'à 11 ;

Le Khuddaka Nikāya, la "Division of livres courts" (Pali khudda = "petit," "moindre"), comprend
15 "livres" (9 pour l’édition tibétaine, 17 dans l'édition thai; 18 dans la birmane), y-compris le Dhammapada , les Strophes des anciennes Nonnes, les Strophes des anciens Moines, le sutta Nipata, les histoires de Jataka, etc.

 

3 - L'Abhidhamma Pitaka

Tandis que le dharma est la doctrine, l'abhidhamma ou "au dessus de la doctrine" est l'ensemble des commentaires analytiques et psychologiques de l'enseignement du Bouddha, réalisés par des maîtres bouddhistes, des universitaires et des traducteurs. Elle couvre la philosophie, la logique, la littérature, la linguistique, les arts, l'astronomie, la médecine, l'architecture et les calculs de calendrier. L'Abhidhamma Pitaka est également appelé Dangyur dans le boudhisme tibétain.
Cette corbeille contient 7 parties : Dhammasangani, Vibhanga, Dhatukatha, Puggalapaññatti, Kathavatthu, Yamaka et Paṭṭhāna.

 

4 – Citations du bouddhisme

""Faire le bien des êtres, ne pas leur faire du tort, ne pas leur nuire, est ce qui définit le fondement de l'éthique selon le bouddhisme. C'est la base d'un comportement non violent, de la compassion et de l'amour altruiste.
Si le but ultime est effectivement de faire le plus de bien possible aux autres, d'apporter un grand bienfait à autrui, il importe de faire tout ce que nous pouvons, à chaque instant, pour développer cette capacité.""
(Source : 108 perles de sagesse pour parvenir à la sérénité - Dalai Lama)

 

 - un beau poème

 

Bienveillance - Bouddha, Nipatta Sutra

 

Que tous les êtres soient remplis de joie et de paix.
Que tous les êtres, partout,
Les forts et les faibles,
Les illustres et les insignifiants,
Les misérables et les puissants,
Les grands et les petits,
Les subtils et les grossiers ;

Que tous les êtres, partout,
En vue ou dans l'ombre,
A proximité ou à mille lieues,
Etant ou dans l'attente d'être :
Que tous soient remplis d'une joie durable.

Qu'aucun être n'en trompe un autre,
Qu'aucun être nulle part n'en méprise un autre,
Qu'aucun être sous l'emprise de la colère ou du ressentiment
Ne souhaite jamais le malheur d'un autre.

Tout comme la mère fait de sa vie un rempart
pour protéger de la souffrance son enfant, son unique enfant,
Laisse grandir en toi
Un amour sans bornes de toutes les créatures.

Laisse ton amour couler et sillonner l'Univers,
Dans toute sa hauteur, sa profondeur et sa grandeur,
Un amour sans limites, sans haine et sans hostilité.

Puis, debout ou en mouvement,
Assis ou couché,
Tant que tu es éveillé,
Lutte pour cela en fixant ton esprit sur un point ;
Ta vie t'apportera le paradis sur terre.

 

 

 

Texte modifié le 10 avril 2012 ,le 29 juillet 2012, le 23 mars 2014 et le 1 mai 2018

 



13/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres