eclectique manu

Orissa : un Etat à découvrir dans l'est de l'inde mis sur mon blog le 25 05 2018

Orissa

 

Nous avons programmé d’aller visiter cet Etat en 02/2019 avec quelques amis. Voilà ci-dessous des informations sur celui-ci et sur notre périple.odisha carte 2.jpg

 

1 – General

- ou Odisha, nouveau nom depuis 2011.

- 156.000 km2 ;

- 42 M hab. ; 270 hab/km2 ;

-  il y a 23 % de la population qui est tribale d’origine très ancienne et parfois un peu négroide : 62 tribus (Adivesi, Khond, Santal, Saora, Bondas, etc.) et environ 60 langues !

-  langue officielle : odia ou oriya : 33 M hab. la parlent et c’est une des 22 langues officielles de l’Inde ; cette langue est très ancienne et a une littérature depuis le 13ème siècle. Elle s'écrit avec un alphabet particulier et linguistiquement, elle est voisine du bengali.

- Cet Etat est bordé par l’océan indien (golfe du Bengale) et est entouré par le Chattisgarh (crée en 2000 depuis le Madhya Pradesh), le Jharkhand (crée en 2000 depuis le Bihar), le Bengale Occidental (capitale Calcutta) et le Andra Pradesh au Sud.

- L'Odisha possède 90 % des réserves indiennes de chrome, 70 % de celles de bauxite et 24 % de celles de charbon (extraction, transport et usage pas bon pour la pollution et le réchauffement climatique . La firme coréenne POSCO a acheté du terrain en mai 2011 afin d'y construire une aciérie, mais après cinq ans de controverses et de conflits avec les paysans et défenseurs de l'environnement, ce n’est pas encore gagné ! En résumé c’est un Etat assez pauvre mais assez authentique.

 

2 – Histoire, art et architecture 

 

21 – Histoire

Son histoire a débuté en 261 B.C. , quand l’empereur Ashoka, a conquis ce pays connu alors sous le nom de Kalinga ; c'est suite à cette sanglante conquête qu'il se convertit au bouddhisme.

Le Kalinga est ensuite connu par son roi, Kharavela, qui, à l'époque du premier souverain shunga, aurait contribué à repousser l'invasion des Grecs de Bactriane (vers 176). Puis la région retombe sous la domination politique du Nord et se divise sur le plan linguistique : seul le Sud reste dravidien (de parler télougou), tandis qu'au nord l'aryanisation l'emporte, avec la constitution de l'oriya, langue du pays d'Orissa . Aux viie et viiie siècles règnent en Orissa les Somvamsi ; viennent ensuite les Kesari . Et finalement les Ganga dits orientaux, cousins de ceux du Karnataka, deviennent à leur tour « seigneurs des Trois-Kalingas et d'Utkal ». Ils ne succombent sous les coups des musulmans qu'en 1568, après avoir favorisé la floraison des temples de Bhubaneshvar et fait entreprendre celui, grandiose, de Konarak.

L'Odisha a été occupé par les Britanniques de 1803 à 1848 puis en 1933 création de l'Odisha en tant qu'entité administrative et en 2011 cet État est rebaptisé « Odisha »

 

22 – Art et Architecture

Les ancients monuments de l’Orissa couvrent donc une période d’environ 2 000 ans et sont donc très varies et vont depuis les temps pré-historiques jusqu’à la fin de la domination musulmane au milieu du 16ème siècle.

On y trouve donc beaucoup de sites bouddhiques, jains et hindous.

 

3 - Sites touristiques importants :

Dans notre périple nous ne verrons hélàs pas tous les sites importants : en particulier nous n’irons pas visiter les tribus malgré notre envie (peuplades originales, parcs nationaux avec cascades, etc.) car elles sont dans les montagnes et il faut 4 jours minimum AR pour cela. Nous rencontrerons un peu ces ethnies lors de nos visites de villages et marchés. Par ailleurs nous irons 6 jours dans le Bihar (un Etat très important pour le bouddhisme) et à Calcutta.

 

Voici la dizaine de sites prévus en Odisha.

 

31 - Bhubaneswar et ses nombreux temples, bubbhaneswar tempie de-mukteswar.jpg
bubbhaneswar temple de Rajarani.jpg
bubhaneswar.jpg
Il y a des dizaines de temples hindous médiévaux dans cette ville. Après avoir connu une brillante période bouddhiste au début de notre ère, Bhubaneshwar fut, à partir du VIIe siècle, un centre majeur du développement du shivaïsme. En témoigne un ensemble unique de temples, dont les constructions s'échelonnent entre le VIIe et le XIIIe siècle, et qui constitue un véritable musée de l'évolution de la tradition architecturale hindoue en Inde du Nord. Les temples les plus anciens, comme le Parasurameswara ou le Vaital Deul, séduisent par l'équilibre de leurs proportions et l'élégance de leur décoration. Les édifices plus grandioses, érigés à partir du XIe siècle, témoignent de l'assurance nouvelle des architectes et de l'orgueil de leurs commanditaires. Les sculpteurs y ont gagné plus d'aisance et d'habileté, et les nymphes célestes qui succèdent aux scènes mythologiques expriment toute la grâce de la haute tradition chorégraphique de l'Orissa. Nous visiterons en particulier les temples de Parshrameswar, Mukteshwar , Rajarani et l’extérieur de Lingaraj (interdit aux non-hindous).

 

32 - Puri et son temple de Jagannatha, Dans ce temple, où le saint des saints abrite des statues sculptées, dit-on, par Vishnu lui-même, le secret du culte est jalousement préservé et les non-hindous ne peuvent y pénétrer. Nous le découvrirons donc de l'extérieur, puis nous nous imprégnerons de l'atmosphère de ce haut lieu de l'hindouisme en flânant sur le marché le long du parcours qu'empruntent les chars portant les statues divines lors de la procession estivale, quand convergent les pèlerins par centaines de milliers.

33 - Konarak et son temple de Sûrya ; nous remonterons le long du rivage du golfe du Bengale vers le temple de Konarak. konarak 2.jpg
Konarak.jpg
Edifié au XIIIe siècle en l'honneur du dieu soleil, Surya :  le temple est situé au milieu d'une immense enceinte, on y entre par une porte gardée de part et d'autre par deux lions magnifiques. Celui-ci est représenté sous la forme d'un immense char, tiré par 7 chevaux, sur 24 roues sculptées dans la pierre. Si la cella n'a pas résisté aux assauts du temps, l'abondante décoration délivre toujours le message du symbolisme cosmique de l'édifice, la découverte visuelle des innombrables sculptures élevant l'esprit vers la compréhension de la pensée hindoue : évocation des différents modes d'existence dans la ronde éternelle du temps, mais il y a aussi de très belles sculptures érotiques !! On pourra donc être éclectique. !

 

34 - Hirapur et son Temple des Yoginis : Hirapur (à 15 kilomètres de Bhubaneshwar) nous offrira un surprenant temple circulaire à ciel ouvert du IXe siècle, voué à un ancien culte tantrique. Il ne reste plus que quatre de ces temples en Inde, et on les appelle des Chaunsath Yogini parce qu'on y vénère les soixante-quatre servantes de la grande déesse. Le culte de ces dames peu amènes, étant associé à celui de Kali et donc de Siva sous sa forme terrible, était célébré jadis par quelques sacrifices de sang.

35 - les grottes jaïn d' Udayagiri et Khandagiri, les collines jumelles d'Udayagiri et de Khandagiri présentent une trentaine de grottes creusées à partir du Ier siècle avant notre ère pour servir de retraite à des moines jains. Etagés à flanc de colline, ces refuges reproduisent l'ancienne architecture de bois des monastères bouddhiques ou jaïns, et leur décor sculpté égrène des scènes narratives ainsi que tout un répertoire symbolique, religieux ou royal.

36 - Dhauli où nous verrons l'un des édits de l'empereur Ashoka, gravé au IIIe siècle avant notre ère sur une paroi surmontée d'un avant-train d'éléphant. Rappelons que l'histoire d'Ashoka est profondément liée à celle de l'Orissa cf. § 21.

 

37 - les sites bouddhiques de Lalitgiri, site archéologique d’un monastère bouddhiste construit entre le 4e et le 8e siècle.

 

38 - Udaygiri, un autre énorme ensemble bouddhiste, où des fouilles sont toujours en cours.

 

39 – 1 - Ratnagiri. L’un des plus grands monastères bouddhistes au monde, Ratnagiri a connu son âge d’or du 4ème au 14ème siècles. Nous y découvrirons plusieurs sculptures Vajrayan, des centaines de stupas, huit temples en plus du grand monastère.

 

39- 2 - le lac Chilka (ou Chilika). Nous ferons une balade en bateau sur ce lac.lac dechilika.jpg
Il attire des millions
d’oiseaux migrateurs chaque hiver. C’est aussi l’habitat naturel de plus de 200 espèces marines, comme le dauphin de l’Irrawaddy.

 

4 – Conclusion

Je suis très excité par ce voyage car il est encore hors des circuits classiques. L’Odisha est pauvre mais authentique et pleine de sites bouddhiques, jains et hindous à découvrir. Je ferai un autre article à notre retour et je parlerai aussi du Bihar (un Etat passionnant) et de Calcutta que nous visiterons dans ce périple.

 

 

Mis sur mon blog le 25/05/2018



25/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres