eclectique manu

James Holman, un voyageur aveugle au XIXième siècle 10 2012

James Holman (1786-1857), le voyageur aveugle !

 

Né à Exeter, fils d’un pharmacien ; Il s’enrôla dans la Royal Navy en 1798 et nommé lieutenant en 1807. En 1810 / 1812, il devint très handicapé par des douleurs osseuses arthritiques et par une cécité complète. Avec une pension de l’armée et beaucoup de dynamisme et d’inconscience, il décida de voyager seul à travers le monde. Afin de décerner la proximité et la taille des obstacles (murs, poteaux, arbres, etc.) il utilisa l’écholocation des sons produits par une canne de tapement à bout ferré...

 

Son premier voyage en Europe (France, Italie, Suisse et Allemagne) en 1819 / 1821 fut un peu difficile au début mais son caractère sociable et ouvert lui permit de devenir un « voyageur expert ». Par exemple il fit l’ascension du Vésuve en éruption en 1821 et se promena autour du cratère sans problèmes alors que tout le monde était effrayé et reculait ! Il écrivit ses impressions de voyage et ce récit fut bien accueilli du public.

 

Il écrivait, lors de ses voyages, avec un Noctographe, dispositif inventé vers 1810 en Angleterre : un papier traité spécialement est placé sur une plaque métallique et on écrit avec un stylet lui aussi
métallique.

 

En 1822, il commença un tour du monde mais en Russie, après Moscou et l’Oural alors qu’il voyageait en traineau il fut arrêté comme espion en Sibérie vers Irkoutsk et reconduit à la frontière allemande et revint en Angleterre en 1824 et il publia son récit de voyage en 1825 qui eut aussi
beaucoup de succès.

 

De 1827 à 1832 il fit vraiment un tour du monde : les Canaries, l’Afrique de l’Ouest (luttant contre la traite des noirs), le Brésil, puis revint en Afrique en Afrique du Sud, puis Madagascar, Inde et Ceylan, l’Australie (dans des territoires inconnus) et la Nouvelle-Zélande et l’Amérique du Sud et le fameux Cap Horn, revint enfin en Angleterre. Il en fit un nouveau récit publié en 1834. En 1843 / 1844 il fit un tour en Europe centrale et balkanique (attaque de bandits, etc.) et écrivit un dernier récit.

 

Il publia en tout quatre volumes sur ses voyages qui ont eu à l’époque un succès de curiosité par le fait qu’il était aveugle et qu’il eut souvent des aventures dans des pays peu connus.,

 

Il a parcouru plus de kilomètres à pied que les plus grands voyageurs connus tels que Marco Polo ou Ibn Battuta ! On a calculé que ce fut plus de 400 000 kms sur les 5 continents !

 

Mais en Angleterre ses ressources fondirent vite car il était généreux et imprévoyant et il mourut pauvre et oublié en 1857.

 

NB – il a été un peu redécouvert de nos jours, par exemple dans le livre que Jason Roberts (2006 en anglais) lui a consacré et il est bien cité dans le livre très intéressant de Michel Le Bris « Dictionnaire
amoureux des explorateurs » en 2010.

 

article publié le 06 10 2012



06/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres